dimanche 27 novembre 2011

EPILOGUE



sur un écran qui occupe tout le fond de scène



REQUIEM 
2011





Six mois plus tard, la fin de l'année approche.

Je, l'Auteur, le Citateur.

Je (parlant comme à voix basse, finit par chuchoter)
Le temps passse. Les armées continuent de tirer sur les foules. Les journalistes font les comptes : en Syrie, 4000 seraient morts dont 300 enfants. A Fukushima, les cœurs des réacteurs en fusion entament le béton des cuves et l'eau radioactive fuit toujours. On ferme les yeux. Le Colonel a été tué d'au moins trois manières différentes, son corps est inhumé quelque part dans le désert. Un Norvégien a massacré 73 jeunes gens de son pays au nom de la défense de l' "Occident". Les experts disent qu'il est fou.

L’Auteur (à son clavier, ne veut plus rien entendre depuis longtemps, il fait mine de conclure et feint de remplir le contrat exigé par la contrainte. On voit sur l'écran le passage progressif du premier tweet au deuxième qui raconte pareillement la mort de Roman Opalka survenue au  début du mois d'Août 2011)
Voici le 140ème récit
Roman Opalka pensait compter jusqu'à l'infini à la peinture blanche, sur des tableaux à fond uni peu à peu éclairci, il n'y est pas parvenu.

Roman Opalka avait pensé compter jusqu'à l'infini, à la peinture blanche, sur des tableaux au fond uni peu à peu éclairci, il y est parvenu.

Je (poursuivant)
Les morts ordinaires continuent à bas bruit.
L’été a été pluvieux et l'automne très doux. Toujours le même contraste entre la fureur des images et le calme à l'entour : calme apparent sous nos yeux ; et, sur les écrans, guerres réelles qu'on pourrait croire fictives. La terre dans son entier nous regarde aujourd'hui.
Des images de révolutions, de combats, d'inondation, de noyades, de contamination, d’abandon des lieux dévastés, de massacres, de chiens errants, de tremblements de terre et de raz de marée défilent, les unes chassant les autres de nos mémoires.

Et des visages.

Le Citateur
James Joyce a écrit :
"Tout est insanité. Patriotisme, pleurer les morts, la musique, l'avenir de la race, Être ou ne pas être. Le rêve de la vie s'achève." 

L’Auteur (écrivant rageusement à l’Editeur qui ne lui a pas répondu, tape sur le clavier. Les Lettres s’affichent en surimpression sur le film qui continue)
Oscar Binfon, Editeur de Livres en Lettres de Lumières :

- a accepté votre Lumiscrit.

- a refusé votre Lumiscrit.


Rayez la mention inutile.

Je (disant le mot de la fin)
Ne pas mourir.


Lirina Bloom  


écrit à partir du compte Twitter @LirinaBloom 
entre le 14 février et le  14 décembre 2011.
                                                                                                                         copyright


Acte 7 : APOTHEOSE


Le Numérotateur s’assied consterné sur le bord de la scène, les jambes pendantes dans le vide qui sépare le plateau des spectateurs. Il a récupéré son crayon et soufflé la bougie de l’Auteur. Il sortira dans peu de temps par une porte ménagée en fond de scène, scène qu’il traverse donc toute, très lentement. Il sait que le compte des récits de mort est devenu depuis longtemps impossible. Trop de violence, trop d’hécatombes, trop de catastrophes naturelles ou pas, trop de combats. Drame de l’Illusio. Nous ne voyons pas plus loin que le bout de notre nez et nous nous imaginons lucides. Mais  pire, l’Auteur n’a plus besoin de lui, du tout. Tout a progressivement changé sans qu’il s’en aperçoive. Et maintenant, c’est trop tard. L’Auteur a trouvé un Editeur qui va lire le Lumiscrit. La Journaliste est la plus grande pourvoyeuse de Récits. Les compter ne sert à rien. Ils sont infinis.

La journaliste (en direct de)
A Fukushima, la concentration en iode 131 qui était de 100 fois la norme est passée à 1250, 1850, 3355, et maintenant à 4375 fois la norme.

Les morts sont moins nombreux, mais demeurent sporadiques. Les cadavres ne se comptent plus par milliers ni par centaines mais par dizaines.

L’Auteur
L'auteur veut peaufiner son œuvre, se documenter, approfondir le sujet, creuser, ne rien laisser au hasard et vous avertit, va se rendre au "Salon de la mort".

L’Auteur sort. Les Acteurs en profitent et remisent leur petit théâtre dans un coin. Ils prennent possession du plateau. 

L’Historien, La Journaliste, le Citateur et le Chœur continuent le jeu sans leur Auteur. Le Numérotateur traverse lentement la scène et sort (seul) par la porte du fond.

L’Historien ( s’installe à la place de l’Auteur devant le clavier et tape ses deux tweets, il attendait depuis un moment que la place soit libre)
Varsovie, le 22 Juillet 1942. Czerniakov, chef du Judenrat, avale du cyanure. Il n'a pas pu sauvé de la déportation les orphelins du ghetto.

Ghetto de Varsovie. 22 Juillet 1942. Czerniakow apprend qu'il devra aider les nazis à déporter 6000 juifs par jour à Treblinka ; il se suicide.

(Comme les autres fois, la journaliste apparaît soudain sous les feux d'un projecteur)
La journaliste (en direct de)
Ils viennent de Somalie et d'Erythrée, arrivent en Tunisie, s'embarquent pour Lampedusa. Leur bateau fait naufrage ; combien se sont noyés ?

Le Citateur (parlant au nom des naufragés, tandis que les Acteurs jouent le drame avec l’aide du Chœur)
"Nous étions 300, mais une centaine, surtout des femmes, n'ont pas survécu, et les hommes ont été obligés de jeter leurs corps à la mer"

Le bateau ressemble à celui du fils d’Egée revenant de la guerre. Il est beaucoup plus grand. Une immense voile noire redescend symboliquement des cintres. Les hommes jettent des poupées de chiffon géantes par dessus bord.

L’Historien la voix brisée
Pourra-t-on dire que nul ne savait ? Les noyés de l'exil. Saura-t-on les compter ? Jetés en mer, leurs noms ensevelis. 140. 1400. 140 000 ?

Les Acteurs se sont organisés et jouent plusieurs scénettes. Apparaît écrit à la main avec un gros feutre noir,  le titre de la scénette que les Acteurs jouent ensuite.


Le  fils de mineur


L’Historien
Fabrizio, fils de mineur, évoque le premier mai et le borinage, puis de fil en aiguille, la catastrophe de la mine de Marcinelle, août 1956.
Antonio Ianetta ordonne la remontée des wagons de charbon. des chariots bloqués sectionnent un câble haute tension qui provoque un incendie.
mort de 136 Italiens 95 Belges 8 Polonais 6 Grecs 5 Allemands 3 Hongrois 3 Algériens 2 Français 1 Anglais 1 Néerlandais 1 Russe 1 Ukrainien

À cette époque, l'Italie échange de la main-d'œuvre contre du charbon. En 1956, 47.000 Italiens travaillaient dans les mines de Belgique.

Apparaît écrit à la main avec un gros feutre noir,  le titre de la scénette que les Acteurs jouent ensuite.


Impressions d’Afrique


Le Citateur
"A deux mains Rao brandit sa hache et, par trois fois, frappa la nuque du traitre Gaïz-dûh. Au tout dernier coup la tête roula sur le sol."

Le Citateur
"Sans attendre, le petit Rhéjed tua net le rongeur d'un coup sec de l'étroite lame qui s'enfonça dans la nuque poilue où elle resta fichée."

Les Acteurs jouent les deux premières scènes et vont dans leur petit théâtre dont ils ont fermé le rideau de scène, cet espace va leur servir de loge. Ils sont rejoints par une personne du Chœur.

Le Récitant
Raymond Roussel, l'auteur des deux récits qui précédent, est mort en 1933 à 56 ans d'une surdose de barbituriques, dans un hôtel de Palerme.

Le Lecteur Critique
Pour écrire Impressions d’Afrique, il est allé en Afrique mais n’est jamais sorti de sa chambre d’hôtel.

La journaliste (en direct de)
Dérapage de la démocratie. Gbagbo ou Ouatara président ? En attendant, tueries au nom de l'un ou de l'autre, et morts comptés par centaines.

Le Chœur (psalmodiant)
Duékoué. Des tueries ont eu lieu. Chacun accuse l'autre des massacres. Dans l'un et l'autre camp, des mercenaires libériens ont été enrôlés.

Apparaît écrit à la main avec un gros feutre noir,  le titre de la scénette que les Acteurs vont jouer et dessous en plus petits caractères : intermède comique.
Les deux Acteurs et une des personnes du Chœur sortent en costumes de Clown. Ils disent l’histoire de la mort des trois chiens sans la jouer, mais en s’interrompant mutuellement, en se poussant, en riant fort… comme font les clowns.


L’histoire Des Chiens Zykosar, Tangué Et Guetlon
Intermède Comique


Premier clown,(lisant la rubrique des faits divers d’ journal).
"50 gr de chocolat peuvent tuer un chien de 5 kg : premiers signes rapidement et mort dans les 24 h". Elle maudit les cloches, et les œufs.

Deuxième clown
C'est Pâques : des quantités d'œufs en chocolat dans le jardin. Zykosar, le chien, s'en délecte, ignorant l'effet mortel de la théobromine.

Troisième clown
Son maître a confondu croquettes et œufs en chocolat. Tangué ne mange que le chocolat au lait car il n'aime pas le noir. Il meurt pourtant.

Premier clown
Le petit chien Guetlong est chapardeur et rusé. Malgré les précautions, il a mangé une livre d'œufs en chocolat. Il est mort le lendemain.

Puis tous les clowns  mimant L’Auteur
Faire part : l'auteur a annoncé, en ce jour de Pâques, le décès, des chiens Zykosar, Tangué et Guetlong, par ingestion d'œufs en chocolat.

L’Auteur, accompagnée de Je, revient avec des quantités de prospectus et dossiers, images et textes, livres et livrets. Elle surprend la scène, mais ne semble pas s’en préoccuper. Les clowns s’enfuient dans ce qui leur sert de loge.

L’Historien  installé devant le prompteur et tapant sur le clavier
Mexique 2011 : 32 nouveaux cadavres dans des charniers. San Fernando, état du Tamaulipas est le plus grand cimetière clandestin du Mexique.

Le Citateur (veut lui aussi détendre l'atmosphère)
Voici un écrit qu'on peut dire "immédiatement pré mortem" : L'empereur Hadrien compose une heure avant de mourir ce poème badin.

"Ma petite âme mignonne, tu pars seulette, nue et tremblotante. Que deviendra ton humeur folichonne ? Que deviendront tant de jolis ébats ?"

Le Chœur
inhumation crémation incinération anthropophagie embaumement immersion promossion cryogénisation exposition aux vautours offre à la science

Sur l’écran géant que l’auteur a remis en service apparaît en fond de scène (on voit la découpe de la porte par laquelle est sortie le Numérotateur) le titre de la rubrique.


Vu Au Salon De La Mort


Le film est un montage d'images fixes, Requiem pour l'Année 2011. Les images se succèdent rapidement tandis que "Je" fait le récit de ce qu'elle a vu au Salon de la Mort.
Je
"vu au Salon de la mort" : Comme il est dommage de brûler des cercueils en bois qui coûtent un prix fou, on propose des cercueils en carton.

"vu au Salon de la mort" : les cercueils en carton sont sobres - imitation bois - ou ornés de grands coquelicots imprimés de couleurs vives.

"vu au Salon de la mort" : des urnes qu'il est possible d'empiler à l'infini, par un astucieux système de vissage solidarisant les éléments.

Le Chœur
Tombe tombeau sépulture sarcophage urne funéraire mausolée pyramide tumulus caveau cénotaphe hypogée nécropole sépulcre crypte columbarium

Je
"vu au Salon de la mort" : plusieurs modèles d'urnes funéraires sont disponibles - vases plus ou moins hauts, colonnes lisses ou cannelées.
"vu au salon de la mort" : cet empilement des urnes imite la colonne sans fin de Brancusi, sculpteur mort, et opère un sacré gain de place.


Le Baiser


L'Auteur
Une jeune fille russe Tatiana Rachewskaia se suicide par amour. Constantin Brancusi sculpte, pour sa tombe, "Le Baiser" éternel tant désiré.
En vérité, "le Baiser" de Constantin Brancusi est bien un monument funéraire qui dit la manière de mourir où des femmes ont souvent excellé

Je
"vu au Salon de la mort" : une image sur une stèle s'allume quand la nuit tombe, grâce à des capteurs solaires qui ont emmagasiné l'énergie.

L'Auteur
1937. Pour "La voie des Héros", Brancusi sculpte la " Colonne sans fin", la "Porte du baiser", la "Table du silence", "l'Allée des chaises".

Je
"Vu au Salon de la mort" : un livre numérique post mortem interactif laissé en héritage à ses descendants. Secrets gardés par un code secret.

"Vu au Salon de la mort" : votre tête numérisée, puis coulée dans le bronze, attend, dans le séjour, votre mort pour devenir urne cinéraire.

Le Lecteur Critique
Tous n’ont pas toujours de sépulture.

Le Citateur
" Le père mourut dans la boue de Champagne Le fils mourut dans la crasse d'Espagne Le petit s'obstinait à rester propre Ils en firent du savon "

Le Lecteur Critique.
Paul Valet. Admettez que vous avez encore tronqué une citation.

Le Récitant
"Une femme, assise sur l'escalier, pleure silencieusement. "Ma famille est quelque part là-bas", dit-elle montrant la ville qui n'est plus."

La journaliste (en direct de)
Réacteur numéro 2 : fissure de 20 cm sur la cuve et brèche dans un puits de récupération. L'eau radioactive s'écoule fatalement vers la mer.

Le Chœur
Des sarcophages pour les centrales. On a les pharaons qu'on peut. Momies irradiées, momies radioactives, momies des morts nets, sans bavure.

Je
Je voyais le Livre et je vois maintenant sa Représentation. J'entends la voix des personnages, venue de l'ombre ou éclatant dans la lumière.

L'Auteur
Avec le Livre de Lumière, l’image filmée et le son seront inséparables du Livre, notre théâtre mental sera un Théâtre Mental Assisté par Ordinateur. TMAO. Les sigles règnent maintenant sur le monde. Nous guiderons vos cauchemars jusqu’au bout du Récit. Nous avons déposé un brevet d’invention. Nous allons envoyé notre Lumiscrit Sonorisé et Imagé (LSI ou Lumisonoï) à l’Editeur qui l’attend. Nous attendrons à notre tour.

La journaliste (en direct de)
L'AFP reçoit l'annonce du décès d'un policier de 25 ans. Quelques minutes plus tard, un attentat à la bombe le tue à Omagh, Irlande du Nord.

La journaliste (en direct de)
Rumeurs : cinq ouvriers de la Centrale auraient été irradiés à mort. La fissure de la cuve en béton du Réacteur numéro 2 diffuse 1000msiv/h.

Le Récitant
A Tongoy - Chili, le tsunami n'a pas été une vaguelette : l'onde a déplacé des blocs de béton et détruit le parc de coquilles Saint-Jacques.

Le Récitant
video
Son corps est retrouvé au fond d'un bois. Il a reçu une balle dans la tête pour un flirt avec la petite amie d'un caïd local. Baiser mortel.

Un sans-abri a été retrouvé pendu, les mains attachées, à Wépion. Des conditions qui semblent suspectes."

"Il s'agit d'un suicide. Selon le médecin légiste, il arrive fréquemment que les personnes déterminées à se suicider s'attachent.", lit-on.

Le projecteur s'allume pour l'apparition de la Journaliste.

La Journaliste
Oussama Ben Laden vient d’être tué au Pakistan lors d'une opération commando. Aucune image n'a été diffusée. Son corps a été immergé en haute mer.

Le Lecteur Critique
Le code "Geronimo EKIA" - Geronimo enemy killed in action - utilisé pour informer de la mort d'Oussama Ben Laden, a offensé les amérindiens.

La journaliste
A la confirmation de la mort de Ben Laden, Wall Street ouvre en hausse, et envisageant les troubles géopolitiques à venir, clôture en recul.

Le Chœur
bousillé buté dégommé descendu plombé fumé rétamé séché zigouillé abattu dessoudé éliminé refroidi liquidé trucidé mis hors d’état de nuire


La Mort De Géronimo


Le Récitant
Geronimo, autour de 80 ans, en 1906, dicte l’histoire de sa vie avant de mourir d'une pneumonie à Fort Sill - Oklahoma - le 17 février 1909.

La volonté de Geronimo - être enterré sur les terres de la rivière Gila - ne fut pas respectée. On l'a enseveli à Fort Sill dans l'Oklahoma.

En 2009, l'arrière-petit-fils de Geronimo échoue dans sa tentative de ramener la dépouille de son ancêtre, au Mexique, lieu de sa naissance.

L’Historien
"Associer un guerrier indien à Ben Laden n'est pas un reflet juste de l'Histoire"

Une personne du Chœur jouant Pierre Desproges (cynique)
"Les deux tiers des enfants du monde meurent de faim, alors même que le troisième tiers crève de son excès de cholestérol."

Une personne du Chœur jouant Victor Hugo (grandiose, comme toujours)
" Qu’importe oubli, morsure, injustice insensée, Glaces et tourbillons de notre traversée ? Sur la pierre des morts croît l’arbre de grandeur. "

Une personne du Chœur jouant Arthur Rimbaud. (en enfer)
Ah !...Feu ! feu sur moi ! Là ! ou je me rends. — Lâches ! — Je me tue ! Je me jette aux pieds des chevaux Ah !...

Une personne du Chœur jouant Chateaubriand (in extenso, regrettant Outre Tombe les carnages napoléoniens)
Je fus environné de miracles : ces miracles soutinrent ma voix ; mais à cette heure plus de conquête d'Egypte, plus de batailles de Marengo, d'Austerlitz et d'Iéna, plus de retraite de Russie, plus d'invasion de la France, de prise de Paris, de retour de l'île d'Elbe, de bataille de Waterloo, de funérailles de Sainte−Hélène

Une personne du Chœur jouant Montaigne (logique et raisonneur)
La mort ne vous concerne ni mort ni vif : vif parce que vous êtes; mort parce que vous n'êtes plus.

Une autre personne du Chœur
Après avoir bien bu, un jeune australien de 20 ans, a fait du planking sur la rambarde de son balcon au septième étage. Il tombe et se tue.

Une autre personne du Chœur
Un homme a été arrêté pour vol de quelques pesos, il se tue en sautant par la fenêtre du commissariat. Il ne veut pas être vu de sa famille.

Une autre personne du Chœur
Un jeune homme s'enterre dans le sable pour s'amuser, mais les parois du trou s'écroulent sur lui. Ce jour, il est en état de mort clinique.

L’Institut de twittérature (une voix tombe des cintres annonçant, on ne sait pas très bien à qui)
Aujourd’hui 1er Avril 2011, vous avez gagné au choix un des tweets " 140 " suivant :

Tous les poissons d'avril sont en danger de mort au large de Fukushima. Ils attendent calmement des blagues de secours qui ne viennent pas.

Ou celui là, au rythme un peu différent :

Tous les poissons d'avril sont en danger de mort au large de Fukushima. Ils attendent très calmement des bonnes blagues qui ne viennent pas.

Noir